Réunion publique sur l’écologie et l’agriculture biologique à Saint Xandre

Le mardi 30 mai, le groupe d’appui de Saint Xandre organisait une Réunion Publique sur le thème de l‘écologie et de l’agriculture biologique au théâtre de verdure à 19h30. Au programme : témoignages de maraîchers et agriculteurs bio de la région et questions/réponses au candidat à la députation France Insoumise Cédric Ruffié.

Après le visionnage de deux documentaires d’une quinzaine de minutes sur les énergies fossiles, le peu de subventions accordées aux énergies renouvelables en comparaison aux dépenses faramineuses des extractions d’un pétrole de plus en plus difficile à atteindre puis sur l’agriculture productiviste, la soirée a débutée sur le témoignage de Catherine et Julien, deux maraîchers bio de l’EARL Le Rouge-Gorge installée à Ballon.

« Ce qui m’a motivé à passer à une agriculture biologique ce sont les allergies que j’ai développées à cause des pesticides. » (Catherine)

réunion publique

Catherine et Julien se sont lancés dans le bio n’en pouvant plus d’être malades des pesticides qu’ils utilisaient. Leur exploitation à taille humaine leur a permis de retrouver le goût du bonheur et même de créer des emplois car là où sur une exploitation de 200 hectares un.e seul.e agriculteur.trice travaille la terre à l’aide d’une machine, ils sont quatre personnes sur 2 à 3 hectares.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ils nous l’assurent ! L’agriculture biologique est belle et bien créatrice d’emplois. Ils comptent d’ailleurs à leurs côtés plusieurs jeunes stagiaires, des néo-ruraux, venus à au monde agricole par l’intermédiaire du biologique.

« Travailler dans la nature, au rythme des saisons, ça a un aspect apaisant. Être plus proche de la nature pourraient nous amener à être plus proches les uns des autres. » (Julien)

réunion publique

Julien s’est lancé il y a peu dans l’expérimentation de la permaculture (système qui permet, en associant les plantes entres elles dans un jardin par exemple, de ne pas avoir à utiliser un seul engrais). Vivre au rythme des plantes et des saisons, apprendre sur le terrain les savoirs oubliés par l’observation de la nature est une expérience humaine très enrichissante qui peut bénéficier à la planète comme aux Hommes.

« Nous essayons de faire découvrir aux gens comment faire pousser des légumes. » (Jean Dominique)

Jean Dominique et sa femme qui possède l’exploitation La Cueillette font partie de ce que l’on appelle justement ces néo-ruraux. Sa femme, comptable de formation, a passé un Bac Professionnel agricole. Ils se sont lancés ensuite dans le biologique. Leur objectif est de faire vivre l’économie locale en regroupant au sein d’un même endroit les acteurs locaux. Ils possèdent un local de vente sur l’exploitation et organisent des ateliers pédagogique à destination des curieux.euses.

La soirée s’est poursuivie par une exposition du programme écologique et agricole de l’Avenir en Commun par le candidat France Insoumise aux législatives de la 1ère circonscription de Charente Maritime Cédric Ruffié et d’échanges avec le public.

« On va avoir besoin de 300 000 agriculteurs.trices et de centres de formation destinés à une nouvelle agriculture plus respectueuse de la nature. » (Cédric Ruffié)

réunion publique

L’Avenir en commun propose de répondre à l’urgence écologique par la planification. Notre régime alimentaire, la pollution de l’air et des sols, le réchauffement climatique, l’agriculture productiviste qui amène toujours plus de perturbateurs endocriniens dans nos assiettes est une problématique globale à laquelle il faut s’attaquer de manière concrète :

  • Recruter des agriculteurs.trices (300 000) et les former au biologique en renégociant la PAC (Politique Agricole Commune).
  • Refuser les OGM et bannir les pesticides nuisibles (glyphosate, néonicotinoïdes etc.)
  • S’orienter au plus vite vers une agriculture 100% biologique locale dans la restauration collective (à Saint Xandre par exemple, des élus locaux sont parvenus à obtenir un repas par semaine 100% bio, mais ce n’est pas suffisant… )
  • Réduire la part de protéines carnées et favoriser les protéines végétales.
  • Stopper les projets de fermes usines où les animaux sont maltraités (les caméras de surveillances ne sont qu’un gadget de plus qui n’empêche en rien la violence intrinsèque de telles exploitations… )
  • Privilégier les circuits de proximité et plafonner les marges de la grande distribution pour garantir des prix rémunérateurs aux producteurs.

Lire le livret « Pour une agriculture écologique et paysanne »

289 député.e.s France Insoumise à l’Assemblée, signataires de la Charte Anticor (anti-corruption, non aux lobbys), et l’Avenir en commun s’appliquera !

Les 11 et 18 juin prochains, votez France Insoumise, votez Cédric Ruffié et Yhlem Dekkiche pour la 1ère circonscription de la Charente Maritime.

La soirée s’est terminée autour de l’habituel apéritif insoumis, cet fois-ci 100% bio.

réunion publique

Article et photographie de l’insoumise Sonia Carré

Partage :